A propos

Je vous partage sur ce site les quelques images que je peux capturer lorsque je parcours les sentiers autour de chez moi.

Habitant en Aveyron près de Rodez, le terrain de jeu est vaste, et je n’ai pas besoin d’aller très loin pour trouver des paysages à mon goût.

Toujours à la recherche de nouveaux point de vues et de perspectives inédites, je passe bien plus de temps à parcourir les chemins des alentours qu’à les photographier.

Le Vallon de Marcillac, les contreforts de la vallée du Lot et bien sûr l’Aubrac sont mes lieux de prédilection. J’ai suffisamment de paysages à photographier autour de chez moi, sans avoir le besoin d’aller plus loin. 
Je recherche avant tout les lumières rares et éphémères, qu’elles soient brumeuses ou nocturnes.

Les galeries du site sont organisées selon les lieux photographiés. Après tout c’est grâce aux paysages que mes photos existent, cela permet de mettre en avant tous ces lieux.

J’aime également associer mes photographies à leur environnement, qu’il soit naturel ou historique. C’est important également pour moi de comprendre ce que je photographie, alors autant le partager, bien que cela soit sans doute superflu sur un site consacré aux photographies, Ainsi vous trouverez quelques pages mêlant histoire et géographie, en étant complémentaires aux portfolios. je ne raconte pas l’histoire complète de chaque lieu, très loin de là, mais les pages posent des jalons qui permettent de compléter les images.  Je souhaite également montrer également que les paysages que je parcours ne sont pas complètements naturels, mais façonnés par l’Homme qui en a modifié en partie leur apparence originale.

Pour le moment une page consacrée aux paysages de l’Aubrac est active, ayant dû refaire tout le site en ce début d’année 2024 je n’ai pas tout finalisé. Et il manque des portfolios consacrés à d’autres lieux, qui sont en cours d’ajout, mais c’est long…

Les portfolios sont également séparés selon le format d’image, entre les images au format 3/2 et également 2/1, et les formats panoramiques au format 3/1, c’est ce que je réalise le plus souvent.

star-icon

Publications sur Facebook

4 weeks ago

Du Rouergue à l'Aubrac - Photographies de Arnaud Millot
Suite à cette nuit du vendredi 10 au samedi 11 mai, voici une nouvelle image de cette aurore boréale qui a éclairé le ciel."Eclairé" n'est pas un terme trop fort, au meilleur moment je trouve que la luminosité en direction de l'aurore était équivalente à une lune pleine à 20% environ.Je précise que, me trouvant sur l'Aubrac, la pollution lumineuse des éclairages nocturnes est bien plus faible qu'à proximité de villes même petites comme Rodez, ce qui aide grandement à distinguer les nuances de couleurs présentes à ce moment dans le ciel.Ce qui était le plus apparent et très facilement au plus fort de l'aurore, bien plus que les couleurs, ce sont ces piliers de lumière blanche présents tout le temps de l'aurore. En voiture à travers le pare-brise et avec les phares, je pouvais les distinguer sans difficulté. C'est ce que j'ai trouvé le plus impressionnant.Pour ma part un rouge foncé, pourpre, était bien visible. En revanche je ne voyais absolument pas de vert, j'en ai juste une très légère tâche sur une photo prise au lac des Moines.En arrivant depuis Laguiole sur la route de la Matte, ou sur celle du Pas de Mathieu pour ceux qui connaissent, c'était un spectacle vraiment saisissant en sortant de la forêt de voir au loin cette arche de lumière s'élevant depuis l'horizon en montant très haut, avec un dégradé de couleurs passant d'un blanc lumineux au ras de l'horizon nord pour se terminer par des tâches rougeâtres masquant partiellement la plupart des étoiles. Le tout était parcouru par des rayons de lumière blanche/rosée rectilignes similaires aux rayons de gloire parfois visibles lors de certains levers ou coucher de soleil. Sur le sol autour de moi, je voyais nettement la couleur pourpre, et en y repensant peut être davantage que dans le ciel.Honnêtement, je n'ai pas du tout été "déçu" de ce que je voyais réellement à l'oeil sur le moment. Je n'ai aucune expérience des aurores, mais je trouvais fantastique je que je voyais, surtout dans le contexte de l'Aubrac qui est un lieu où nous n'avons pas pour habitude de voir ce spectacle, même s'il y a souvent des lumières magiques là-haut.Au fil de la nuit, j'ai sans doute passé plus de temps la tête en l'air simplement à regarder le ciel, qu'à en faire des photos, uniquement pour apprécier cet instant 🙂A cette photo, j'ajoute une "simulation" de ce que je pouvais voir à l'oeil à ce moment. Bien sûr c'est assez éloigné de l'image publiée, mais à y réfléchir un peu pas tant que ça. Je publie également une des photos composant ce panoramique, juste importée dans lightroom.J'ai essayé de retranscrire au mieux l'impression que j'avais lors de cette nuit. Les rayons blancs restent bien visibles, une partie du paysage est légèrement éclairé, le ciel est teinté d'une teinte pourpre foncée, parfois un peu grisâtre, la route et le sol reflètent un peu cette lumière, et les sous bois sont bien sombres. Le seul éclairage visible est celui du buron du Pas de Mathieu.Il y a beaucoup moins de couleurs sur la simulation car l'oeil humain ne voit quasiment rien comme couleurs par nuit noire, c'est comme ça.Un appareil photo est beaucoup plus sensible qu'un oeil humain, il est adapté à voir la nuit. C'est pour cela qu'il est capable par exemple de capter les couleurs de nébuleuses, alors qu'à l'oeil on ne voit bien souvent qu'une espèce de tâche griâatre très décevante. Mais ce sont des couleurs qui existent réellement, ce n'est pas parce qu'on ne les voit pas à l'oeil, qu'elles ne sont pas là. Il n'y a pas d'information modifiée ou ajoutée par rapport au moment.Le principe est identique pour les aurores, ou toute photographie réalisée en basse lumière, l'appareil va emmagasiner la lumière et les couleurs, les "cumuler" et ainsi les rendre plus visibles. un effet accentué par le temps de pose long nécessaire pour les images de nuit, contrairement à l'oeil humain qui voit un instantané, sans additionner la lumière et les couleurs. C'est la base du fonctionnement d'un appareil photo, capter le plus de lumière possible à un moment qui sera plus ou moins long, pour révéler des informations parfois invisibles à l'oeil nu. Alors est-ce qu'une photo avec une aurore toute rouge ou verte est réelle? Cela dépend du point de vue par laquelle elle est regardée. Si nous la comparons simplement à ce qui pouvait être vu sur le moment, elle n'est pas conforme. Mais d'un point de vue photographique, c'est réaliste.Nous pouvons étendre le raisonnement à d'autres techniques photos: Une photo de Voie Lactée avec des nébuleuses roses est elle réaliste? Nous ne voyons pas ça à l'oeil nu. Les photos infrarouges ou ultraviolet sont-elles réalistes? Nos yeux ne sont pas conçus pour. Une pose longue sur de l'eau ou une circumpolaire? pas réaliste non plus. Un panoramique? pas réaliste car souvent nous ne voyons pas avec cet angle de vision. Une photo en noir et blanc? nous ne voyons pas en noir et blanc dans la vie.Autre point davantage lié à l'observateur, d'une personne à l'autre la vision des couleurs n'est pas strictement identique, ce qui peut jouer sur le ressenti du moment, et sur le rendu des photos au final. De mon côté j'ai une très mauvaise vue, et peut-être que cela influe également mes photos. Le "rendu" de l'aurore de cette nuit tire souvent vers le rouge sur mes images, alors que l'on en voit d'autres qui sont plus rosées ou avec du vert plus ou moins prononcé. Avec des visions différentes, des lieux différents, une pollution lumineuse différente, chacun a aussi a sa réalité et sa propre interprétation du moment. L'important est de ne pas falsifier la réalité photographique, en créant de toute pièce des images, par exemple en mélangeant un paysage avec un ciel pris à un autre endroit.J'ai fait quelques photos au début de la nuit suivante, avec une aurore beaucoup plus faible qui s'est très vite estompée. Le rendu sur les photos est très différent, avec un petit halo violacé bas sur l'horizon et de très faibles rayons lumineux.Pour en revenir à la photo de cette publication, elle est composée de 8 images verticales assemblées vu que c'est un panoramique. Son principal défaut est la déformation des rayons lumineux provoquée par la focale grand angle sur le haut de l'image alors qu'ils devraient être rectilignes, car à cet instant ils montaient assez haut. C'est rattrapable mais cela fait du traitement en plus.Les réglages de prise de vue sont: focale 14mm, ouverture f2.0, vitesse 10 secondes, isos 1250.Mes photos sont toujours prises depuis le même endroit, au même moment (Pas d'images composées de prises de vue réalisées avec plusieurs heures d'écart), avec la même orientation, avec une focale identique. Et je ne colle pas non plus un ciel sur un paysage situé à un autre endroit…Au final, Après correction du vignettage car il y en a beaucoup, et assemblage du panoramique, en traitement j'ai désaturé légèrement de quelques points le rouge de l'aurore dans le ciel et pour le sol, trouvant l'image trop saturée, mais c'est toujours une histoire de point de vue personnel. Le sol est légèrement éclairci, avec quelques coups de dodge/burn selon les zones pour garder un peu de contraste. J'aurais également pu ajouter de la clarté pour densifier les rayons, mais je les trouve déjà bien visibles ainsi.Parti ce soir là faire des photos sans vraiment de conviction, en espérant voir un chouia de rouge lointain sur une image, je n'ai pas été déçu du tout durant les quatre heures écoulées, même simplement en regardant ce ciel. Tout seul au long de la nuit avec uniquement un renard venu me tenir compagnie en me tournant autour, presque sans un bruit, sans vent, avec une température agréable pour l'Aubrac, les conditions étaient parfaites, c'est vraiment un moment unique que je n'oublierai pas. Voir plusVoir moins
Voir sur Facebook

1 month ago

Du Rouergue à l'Aubrac - Photographies de Arnaud Millot
Aurore boréale au buron du Pendouliou de Fabrèques, Aubrac, Aveyron Une nouvelle image de l'aurore, samedi 11 mai vers 2h00 du matin.Cette fois en panoramique très large couvrant quasiment 220 degrés d'horizon, du nord/ouest au sud/est environ, même si ce n'est pas très adapté aux réseaux sociaux.Les couleurs de l'aurore masquent une moitié de la Voie Lactée, s'arrêtant au niveau de Vega de la Lyre (la grosse étoile visible au milieu de l'image). La partie sud de la VL est toute même légèrement teintée de rouge.C'était vraiment inoubliable à regarder, même à l'oeil nu. Le plus marquant pour moi était sans doute ces piliers de lumière blanchâtre qui étaient très visibles, plus que la teinte rouge qu'on distinguait moins aisément. Finalement j'aurais peut-être dû y rester toute la nuit pour en profiter davantage. 🙂J'ai encore d'autres images en réserve, mais ça va peut-être faire trop à force?En premier commentaire une photo de l'écran de mon apn, avec une des images composant ce panoramique de 16 images verticales. Voir plusVoir moins
Voir sur Facebook

1 month ago

Du Rouergue à l'Aubrac - Photographies de Arnaud Millot
Aurore Boréale sur l'Aubrac, 11 Mai Hier soir vers 21h20, je reçois une notification sur mon tel pour une possible aurore boréale visible depuis l'Aveyron.C'était prévisible vu l'activité solaire, mais sans trop de conviction je me décide à sortir voir, car la dernière fois cela n'avait vraiment rien donné.Je pars vers l'Aubrac, en me disant qu'avec l'altitude et une vue bien dégagée vers le nord j'aurai peut-être une chance d'apercevoir un petit quelque chose.Arrivé vers Laguiole, je trouve le ciel un peu bizarre, avec un drôle de rouge foncé. je pense que c'est sans doute les éclairages du village, car il ne fait pas encore nuit noire.Je progresse sur l'Aubrac vers un coin bien sombre, et là le ciel est incroyable, pour un ciel d'Aveyron.Vers le nord c'est un dégradé de couleurs du jaune/vert de l'horizon à un rouge profond sur une très grand partie du ciel. Cela s'étend même au sud de ma position part moments. Et ce n'est que le début.Vers 23h35 je combine un passage de l'ISS avec une aurobe boréale et un buron, je n'aurai sans doute pas beaucoup d'occasions de le refaire.Entre minuit et 1h30 du matin, c'est encore plus intense et très visible à l'oeil nu, avec des piliers de lumière blanchâtres qui s'élèvent à la verticale, emplissant une grande partie de l'horizon ouest-nord/est. Cela en devient même lumineux à éclairer légèrement le sol, en lui donnant une teinte rouge sombre, comme lors de cette photo au buron des Landes du Clapier.Vers trois heures du matin ça se calme un peu, il est temps de rentrer même si c'est dur d'arrêter après plus de 200 photos car ça continue. J'ai fait un tas de panoramiques et ça va prendre du temps à traiter.Une image vite sortie, faite à 00h35, au moment le plus intense que j'ai pu voir. Les couleurs sont naturelles pour moi, je n'ai pas l'habitude de forcer la saturation. Voir plusVoir moins
Voir sur Facebook
Vers Limouzi, un soir d'avrilVallon de Marcillac, Aveyron Voir plusVoir moins
Voir sur Facebook
Jonquilles sous la étoiles.Aubrac, AvrilBeaucoup de jonquilles cette année, peut être grâce à un hiver encore doux.Sous la lune, se trouve l'amas des Pleiades ainsi que Jupiter basse sur l'horizon qui se couchera d'ici peu.De ce côté de l'Aubrac, la vue porte à 60 kms à l'ouest vers le Segala Lotois, où l'on peut apercevoir l'éclairage rouge des sept éoliennes installées près de Labastide du Haut Mont. Ce champ de jonquille pourrait aussi être sympa aussi avec quelques éoliennes. Voir plusVoir moins
Voir sur Facebook